Fantaisie-Impromptu

dimanche 1er février 2009, publié par Michel Balat


Ah ! ah ! Monsieur est Peircien ? c’est une chose bien extraordinaire ! Comment peut-on être Peircien ?

C’est une malédiction Madame ! Devoir sans cesse ânonner l’alphabet de cette langue : quel ennui !

Vous pourriez vous montrer plus aimable ! (à part) Quel original !

Je vous ai entendue... L’originalité, Madame, est la catégorie de la pure présence, de ce dont l’être ne dépend de nulle autre chose, de ce qui est simplement possible. A peine la remarquez-vous qu’elle s’enfuit, effarouchée, vous y livrez-vous qu’alors vous ne vous savez même plus être : la conscience frémit et s’abolit.

Existe-t-il une telle chose !

Mais l’existence est autre chose ! Elle est marquée d’altérité, de résistance, d’effort et de réaction. Le réel brut, l’être-là de l’existant, le Secondat, Madame, s’impose vivement à vous : il m’arrive parfois d’appeler celui-ci l’obsistant, condensation des mots « objet » et « existant ». Il faut être deux pour exister.

Ah ! vous me transportez ! Allez-vous finir par me persuader que moi aussi... comme vous...

P.-S.

Cruzeiro Semiotico N°15, 1993

titre documents joints


Dans la même rubrique
SPIP 3.0.17 [21515] | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs Jour: 113 (744677)