« TOSQ » pour les Internes (de la Candélie) ou une « histoire de topique »

par Charles Gayraud

dimanche 27 janvier 2013, publié par Michel Balat


« TOSQ » pour les Internes (de la Candélie) ou une « histoire de topique ».

Je remercie l’association « Métier à Tisser » de l’invitation sur cette journée autour de François Tosquelles, et plus particulièrement Marc Salvetat, Dominique Piovezan ainsi que le Directeur de Castel Saint Louis, de permettre de se rencontrer dans ce lieu.

Ébauche d’écrit pour cette matinée, valeur cathartique dans ce retour dans le passé, dans l’ici et maintenant, comme une tranche d’analyse, pour entretenir la question du désir dans le soin, une question éthique pour Lacan.

Entre un père Pharmacien ancien interne de l’I.P.P. (Institut Pasteur) qui rencontra un autre François en son temps quand il était prisonnier puis en politique, une mère prise par le poids du réel de l’handicap de mon frère qui fit un long voyage, une sœur Gynécologue friande de Psychanalyse et de groupe Balint, une grand mère provençale au talent de conteuse, un aïeul Entomologiste Éthologue avant l’heure donnant des cours sur la sexualité des insectes au lycée de jeune fille d’Avignon au début du siècle dernier (ce qui lui entraîna un blâme de l’éducation nationale et sa démission vint en retour), un Professeur de Philosophie de terminale demandant un volontaire pour un exposé sur « Triste Tropique » de Levi Strauss... personne dans la classe ne voulut s’y coller, je me vois levant doucement le doigt, acte inconscient, tropisme Szondien, je suis tombé dans la marmite de la Psychiatrie.

Un stage en traumatologie en 4ème année vient égayer des études médicales, un voyage au plus loin de la nuit en 403 en direction de Rotterdam à la rencontre d’une exposition sur Jérome Bosch et Bruegel, nous n’étions pas certain d’arriver mais nous n’arrêtions pas de parler (de « barjoter » c’était le terme du moment), dans la rencontre du pathique, le paysage interne se mettait en place, sur les cinq, trois d’entre nous devinrent Psychiatre.

Un an et demi à Casselardit à me confronter à la sémiologie affinée du Professeur Louis Gayral dans le giron de la Psychiatrie Universitaire et de la Psychopathologie (Pr. Laurent Schmitt, Drs Martine Girard François Granier Jean Pierre Gardes).
Après un acte manqué (réussi) à l’internat des Hôpitaux spécialisés de la région de Toulouse au grand désespoir du Pr. Michel Escande, la région de Montpellier et de Bordeaux m’accueillent dans un possible, je choisie la Candelie « hôpital de la petite chandelle » (comme aimait le dire Tosquelles) en 1985 dans le service du Dr Cornil (actuellement F. Aubat), Psychiatre humaniste, fils de cheminot, juste à coté du service de feu le Dr Geoffroy où travaillent Jean Pierre Boulhol et Eric Larrieu, où ont travaillé également Elie Vallejo et Yannick, où François Tosquelles a terminé sa carrière hospitalière.

Je m’essayai l’année suivante au concours de l’internat de la région de Paris mais préférai rester dans la région du pruneau pour une question de « transit » tout en continuant ma spécialité sur Toulouse pas très éloignée des terrains de rugby du Sud Ouest, choisissant la « Psychiatrie des champs à la Psychiatrie de la ville » :
la Candélie est un hôpital de structure comparable à l’hôpital Marchant à dimension humaine avec ses pavillons épars et non ses tripodes à la mode des années 70 que je trouve particulièrement inaccueillant sur le plan architectural pour les patients .
Les internes appelaient Tosquelles « Tosq » par complicité affectueuse (l’appellation a été amenée me semble-t-il par Jean Paul Cors ancien interne de la Candélie) ; il était pour nous un grand père idéal, issu d’une bande dessiné et la comparaison qu’en fait Pierre Delion tirée de Tintin dans « coke en stock » ou le marchand « senhor Oliveira da Figuera » vend tout une série d’article à Tintin pourrait en être une représentation possible dans la question de la rencontre avec Tosquelles « prendre puis redonner, largement » nous vivions à chaque séance de contrôle de thérapie (« le marchand ambulant rend 2 fois service à Tintin, non par intérêt mercantile mais par pure amitié, son atout principal, un inépuisable bagout » ; nous repartions de là recouvert de différents « objets » à travailler.

Cet hôpital sentait bon la psychiatrie de secteur ou malgré un des services où la non mixité était toujours en place et un autre où l’organique prévalait de manière exclusive, une Directrice nostalgique de la camisole de force qui mettait en avant ses systèmes de défense avec une tonalité de Castafiore au moment des admissions difficiles (ce qui ne l’empêchait pas pour autant d’être une opérante Directrice administrative), il y faisait bon travailler avec les patients psychotiques.

(…)

titre documents joints


Dans la même rubrique
SPIP 3.0.17 [21515] | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs Jour: 122 (922567)