Le samsah La Racine de la rue d’Oran en danger

Lundi 26 janvier 2015

mardi 21 avril 2015, publié par Michel Balat


Word - 47 ko

L’article qui suit s’est soldé par un licenciement !!! Voir l’adresse suivante :
http://blogs.mediapart.fr/edition/c...

Lundi 26 janvier 2015.

Le samsah La Racine de la rue d’Oran en danger.

L’équipe du SAMSAH tient à témoigner et alerter sur les événements que nous sommes en train de vivre. Nous allons tenter de formaliser ce qui se passe et expliquer ensuite notre fonctionnement actuel que nous tenons à défendre.

La direction nous annonce que l’équipe va déménager, elle va louer des locaux plus loin, mais dans le quartier. Le conseil général a donné son aval. Il s’agit notamment de rendre accessible les locaux aux personnes handicapées (ce qui n’est certes pas le cas actuellement).
La Sauvegarde 13 ne louera donc plus de locaux au sein de l’immeuble où habitent les bénéficiaires. Dans une logique de partage du territoire, il est aussi question que ce SAMSAH prenne en suivi les personnes du 4eme arrondissement. Il serait aussi question d’arrêter de suivre les personnes résidant dans le 1er.

La disparition de la salle commune, notre outil de travail principal pour créer de la rencontre et pouvoir accéder à l’intérieur des appartements sans être trop persécutant, et la fin de notre présence quotidienne, nous inquiète quant au devenir des locataires de cet immeuble. Avec l’expérience, nous pouvons témoigner que les moments d’absence de l’équipe (les weekends, les vacances, le manque de personnel…) ont des effets délétères et rapides sur l’état des locataires, les gens ne sortent plus de chez eux ou se font envahir, le risque de squat existe en raison de la vulnérabilité des personnes, l’immeuble l’a pu l’être dans les périodes où nous avons été absents, les intervenants divers (infirmiers libéraux, livreurs de repas, agent de ménage..) ne peuvent plus entrer pour assurer leur travail. Les locataires décompensent, ils sont pour certains en état d’incurie, en état d’agitation ou de repli, en rupture de soins.

Tout aussi alarmant, la direction nous annonce que les prises en charge au long cours, sur plusieurs années, ne sont pas (plus) notre mission. Le décret d’application de la Loi 2005 prévoit pourtant cette accompagnement sur du très long terme. Il faudrait maintenant travailler avec des mesures MDPH courtes et non renouvelables, puis mettre fin à l’accompagnement. Nous savons bien que cela ne correspond pas au temps nécessaire pour les patients psychotiques, pour créer du lien et accepter notre présence auprès d’eux. La notion de handicap psychique est suffisamment floue pour permettre aux services médico-sociaux d’accompagner des publics très différents : personnes souffrant de maladie mentale sévère, personnes souffrant de déficience légère ou grave. Et nous voyons bien les différences qu’implique l’accompagnement de publics n’ayant pas du tout les mêmes besoins. La direction de La Sauvegarde 13 souhaite-t elle ne plus accompagner des personnes souffrant de pathologies psychotiques sévères ? Ce service renvoie les malades à l’hôpital psychiatrique et l’hôpital renvoie vers le médico-social. Nous tirons la sonnette d’alarme sur la prise en charge quotidienne de ces patients.

(…)

P.-S.

A tous, syndicalistes, sympathisants, concernés…

D’abord merci d’avoir été là, c’était trés soutenant pour moi de n’être pas seule.

On a perdu sur ma réintegration, mais pour moi, je tenais à vous dire que je suis trés contente de tout ce qui s’est passé.

D’abord, on leur a fait une pub d’enfer, ils se sont taillé une réputation dans Marseille et hors de chez nous dont ils ne sont pas prés de se remettre. Leur methode manageriale et leur conception tarifaire du travail social, si elles restent d’actualité, ne peuvent se faire en toute impunité. On a parlé, et c’est ce qui nous permet à tous de tenir.

On a diffusé à fond. Pour info, toute la CGT action sociale et santé est au courant, cela a été relayé dans La Marseillaise, sur Mediapart, et dans les réseaux militants : sur le site de Michel Balat (sémiotitien de la psychothérapie institutionnelle), sur le site de Rezo (de Rouzel), à la clinique de La Borde, dans le collectif des 39 (la psychiatrie qui s’oppose au discours sécuritaire et au dérives actuelles du secteur), Dr Machto a parlé de nous à la conférence de presse de Corbeil le 17 avril, l’USP (syndicat de psychiatres) a voté une motion de soutien…

La CGT a été exemplaire, n’a rien laché, a repris pied à pied face à toutes les attaques absurdes et virulentes de la direction. Plus que jamais les instances syndicales sont le contre-pouvoir esssentiel aux logiques actuelles, à tout ce qui cherche à nous faire taire, à laminer les plus vulnérables.

Merci particulierèment à Genevieve Falda et Sophie Sirere pour la continuité de leur présence, leur fiabilité, leur efficacité et la pertinence de leur positionnement, du coté des travailleurs et de l’éthique, toujours.
Merci encore à tous d’avoir organisé la solidarité financière qui nous ont permis, à ma famille et moi, de ne pas être trop acculés.

Et puis ce licenciement a surtout permis de porter sur la place publique la question centrale pour nous, équipe du samsah, du devenir des personnes souffrants de troubles psychiatriques sevères. Et ca, c’etait un sacré challenge, de faire sortir notre petite voix révoltée de cette petite équipe et de fédérer autour de ces questions pas trés médiatiques autant de monde, d’autants d’horizons…

J’ai pu entendre dans ces rassemblements l’écho que notre situation au samsah avait dans beaucoup d’autres associations, ou plutot d’autres “entreprises” comme ils disent aujourd’hui. La négation du sujet, réduit à une marchandise, l’interdiction d’être subversif, subjectif, créatif est malheureusement trop partagée…

Alors, certes je suis licenciée, et la question du devenir de nos patients reste entière, c’est toujours violent à vivre, mais d’avoir pu politiser la question des suivis au long court, de la réflexion sur le terrain, du souci partagé, ça, c’est pour moi, une victoire, et c’est grace à vous.

Le reste sera traité aux prud’homes…

Anna Barlatier


Dans la même rubrique
SPIP 3.0.17 [21515] | XHTML 1.0 | CSS 2.0 | RSS 2.0 | Espace privé
Visiteurs Jour: 113 (744677)